Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 21:32

Chez Marc Hillman, mollesse de la pensée et pétrification des mots n’ont pas cours. Mais pas besoin de faire long : Twitter est un terrain de jeu idéal pour cet auteur pince-sans-rire pour qui l’on en pince et qui n’en fait qu’à sa tête (à-queue) quand il s’agit d’aligner des aphorismes frappés, comme il l’écrit, « au coin du non-sens ».

 

Auteur, chez Larousse, d’un « Dictionnaire insolite des calembours » (avec P. Chaland), Marc Hillman signe aujourd’hui chez Mille et une nuits « Le Goût du non-sens », un recueil de 650 pensées inédites.

hillman.jpg 

Trompe-l’œil

 

Dans un court avant-propos, Marc Hillman rappelle que le non-sense, né en Angleterre, est un « trompe-l’œil  qui mêle l’illogique à la logique et s’avance avec le sérieux le plus soutenu et le plus sûr ».  Il regroupe ses aphorismes en une dizaine de rubriques, dont « Bizarres rient… et non-sens populaires », « Caresser dans le non-sens du poil » ou encore « On pourrait l’entendre à la radio ou le lire dans la presse ».

 

Et l’on constate une fois de plus que l’info n’est qu’une vaste question d’imagination, souvent tout aussi (mal)heureuse que la fiction :

 

« Ses hémorroïdes l’empêchaient de fermer l’œil » (merci à La Charente libre)

« Récemment, la foire aux dindes accueillait la doyenne de la commune » (vive la presse régionale !)

 

Dico

 

En fin d’ouvrage, Marc Hillman nous offre un « petit dico » en haute définition qui pourrait souvent pallier les coups de mou de plus d’un verbicruciste :

 

Jouets s’enfilent (sextoys)

Un peu dur d’oseille (radin)

 

Vous l’avez compris, on est ici dans le jeu de haut vol réalisé par un contorsionniste langagier, un équilibriste de la pensée qui met tous les coincés du bon mot sens déçus-dessous. Pour le plus grand plaisir d’un Alphonse Allais ou du poète belge Jean-Pierre Verheggen.

 

Marc Hillman signe un petit ouvrage rare parce qu’inépuisable, posé sur une table de chevet ou oublié sur un meuble, un puits de jouis-sens dans lequel on vient piocher avec délices comme dans une assiette de fruits défendus qu’on prendra soin de ne pas vider trop vite.

 

Et π voilà

 

L’ouvrage (n’ayons pas peur des mots) intitulé « Le goût du non-sens », sous-titré – ah ben non, je ne sais pas faire le π sur mon clavier… du coup je ne peux pas préciser « 650 aphorismes inédits et en des π du bon sens » – l’ouvrage, donc, est publié aux éditions Mille et une nuits et ne coûte que 3€. Ne pas l’acheter, à ce prix, ce serait une faute de goût. Et ça n’aurait pas de sens.

 

Olivier QUELIER.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires