Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 16:21

« La rentrée littéraire fait coexister différents univers et différentes temporalités. Il existe de fait, qu’elle soit reconnue ou pas, que l’on en parle ou pas, une autre rentrée littéraire, comme il existe d’autres livres. » Gérard Cherbonnier, président de l'Association des éditeurs indépendants, défend ainsi, dans un communiqué, l’existence de l’édition indépendante.

 

Selon lui, et même si l’on peut lui reprocher de généraliser à outrance, « l’ambiguïté du monde du livre est qu’il est à la fois un marché attisant les besoins spéculatifs des grands groupes et la vitrine de l’exception culturelle. Mais ces deux réalités s’appuient sur deux univers différents : les gros tirages médiatisés des grands groupes qui sont destinés au plus grand nombre avec un temps de consommation réduit à la période de la rentrée littéraire avant le pilon, et les publication des éditeurs indépendants qui éditent un livre parce qu’ils considèrent que ce texte fera partie de son fonds et se vendra à son rythme mais encore dans dix ans ».

 

P1110285.jpg« Un outil de connaissance »

 

Avec un rien de manichéisme, Gérard Cherbonnier assène : « Loin du livre Kleenex, l'Edition indépendante offre ce que le lecteur ne trouve plus chez les gros : la fraîcheur, la créativité, la contestation du prêt-à-penser ».

 

Il poursuit : « Qui osera calculer un jour la perte économique que représenterait réellement la disparition de l’édition indépendante ? Bien sûr si cela devait arriver, la disparition de l’édition indépendante se calculerait surtout, non pas en terme de ratios, mais comme la disparition d’un outil de connaissance, de plaisir, de poésie, de résistance garantissant le pluralisme ».

 

Le salon L'Autre Livre


L'association des Editeurs Indépendants a donc décidé de fédérer ses membres pour qu'ils présentent eux aussi les ouvrages qu'ils font paraître à l'automne, en exergue du salon L'Autre Livre qui se tiendra en novembre. 

 

Gérard Cherbonnier conclut par cette remarque qui ouvre au débat : « Si tu ne vas pas à d’autres livres, pourras-tu communiquer, échanger, sur un livre unique, une pensée unique ? »

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 15:16

L’anthologie « Poésie au cœur du monde » vient de paraître. Elle réunit les vingt-sept poètes français et étrangers qui ont été invités à la Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne. Ce festival de poésie s’est tenu à Paris et dans le Val-de-Marne, du  23 mai au 2 juin, et a connu un vrai succès public.

 

 

affiche-Biennale-logo.png

Les poètes réunis dans les pages de l’anthologie « Poésie au cœur du monde » viennent de maints endroits du et nous parlent du monde d’aujourd’hui.

Treize viennent d’Afrique du Sud. Leurs poèmes (tous  très différents de tons et de style) ont marqué les spectateurs de la Biennale (et devraient frapper les lecteurs) par leur attention à la vie, leur sens de l’humain, leur intimité avec l’histoire.

Ils sont la voix multiple d’un pays qui, sorti de l’Apartheid, cherche les chemins possibles de son avenir, pour  devenir cette « nation arc-en-ciel » que Mandela appelait de ses vœux.

 

Poésie vivante et multiple

 

D’autres poètes viennent du Vietnam, d’Argentine, de Haïti, d’Europe centrale ou d’Ecosse… Parmi eux, Carol Ann Duffy, poète lauréate de Grande-Bretagne dont les lectures ont fait événement.

Quant aux poètes français présents, leurs poèmes devraient suffire à montrer que la poésie française se porte bien, qu’elle est vivante, multiple et qu’elle non plus n’est pas indifférente au monde qui l’entoure.

 

« Poésie au cœur du monde ». Editions de la Biennale Internationale des poètes. 8, Promenée Venise Gosnat 94200 Ivry. 190 pages. 10 €.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 20:18

Après « L'homme qui voulait être heureux » et « Les dieux voyagent toujours incognito », Laurent Gounelle revient avec un nouveau roman « Le philosophe qui n’était pas sage » (Plon). Un roman toujours aussi bien calibré pour le succès, captivant, plein d’humour, de sens et de suspense. Un conte moderne qui propose une remise en cause de notre société.

 

 

 

 

L’histoire

Deux destins qui s’affrontent, deux conceptions de la vie que tout oppose. La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant l’entrée de sa hutte, Élianta tourna les yeux vers Sandro qui s’avançait.

 

Pourquoi ce mystérieux étranger, que l’on disait philosophe, s’acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu ? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions…

 

 Qu’avaient-ils fait pour mériter ça ? D’heure en heure, Élianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 18:25

jean-jose-marchand.jpgL'œuvre critique de Jean José Marchand (1920-2011) fait parfois penser à celle d'Albert Thibaudet, parfois à celle de son ami Pascal Pia.

 

Mais il est avant tout « un homme à sa propre hauteur » : « Je conçois le travail de critique comme une réaction en profondeur à ce que j'ai lu. Ceci n'empêche pas l'érudition, si elle n'est pas intempestive, si elle aide à mieux comprendre le texte. » (La Quinzaine littéraire n°1000, 1er octobre 2009).

 

Chef-d'œuvre d'érudition de près de 3 000 pages qui a trait à la littérature, au cinéma, à l'art, à la philosophie et à l'histoire, ces Écrits critiques offrent un panorama gigantesque et personnel de l'histoire littéraire et intellectuelle française du XXe siècle.


Pour établir cette édition, Guillaume Louet, en accord avec Jean José Marchand, a adopté l'ordre chronologique et distingué quatre périodes qui suivent sa vie professionnelle, et forment quatre volumes, réunis sous coffret.


Le volume I (1941-1948) comporte trois sections : littérature, cinéma, art. Le volume II (1948-1958) est placé sous le signe de l'engagement politique. Le volume III (1958-1982) s'ouvre sur des chroniques pour le Journal du Parlement (dans lequel différentes tendances politiques étaient représentées, Jean José Marchand incarnant pour sa part la tendance gaulliste).


Le volume IV (1982-2011). Jean José Marchand qui, après l'éclatement de l'ORTF, était devenu conseiller à la SFP, prend sa retraite en 1982. À partir de ce moment, il se consacre à son activité critique. Un cinquième volume, constitué d'index et de tables, permet au lecteur de circuler avec facilité dans cet ensemble particulièrement dense.

 

Guillaume Louet a 34 ans et mène des recherches en histoire de la littérature. Il rencontre Jean José Marchand en 2005 pour un long entretien avec lui, produit par l'INA, et participe l'année suivante au film, « Mieux partagés que nous ne sommes », réalisé par Benoît Bourreau, consacré aussi à Jean José Marchand et produit par Le Fresnoy.

 

Co-édition Le Félin / Claire Paulhan

ISBN coffret : 978-2-86645-773-0

2 910 pages, 120 € les 5 volumes sous coffret.

En librairie le 22 mars 2012.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 22:40

cles_01.jpg« Clés » est un trimestriel de presse écrite que Jean-Louis Servan-Schreiber et sa femme Perla ont décidé de relancer. Parce qu’ils pensent que, « tout en tenant pleinement compte des nouvelles technologies, il est possible de faire encore quelques percées de qualité » dans la presse écrite. Désormais bimensuel, « Clés » se donne pour tâche de « Retrouver du sens » alors que « la profusion et la confusion semblent s'accentuer depuis le début de ce siècle. »

 

MANIFESTE

« Au XXIe siècle...

• Nous sommes trop informés pour réfléchir.

• Nous subissons les crises sans moyens de réagir.

• Nous communiquons plus que nous n'avons à dire.

• Nous sommes libres, autonomes et souvent seuls.

• Nous vivons le monde sur des écrans, le virtuel gagne sur le réel.

• Nous avons levé nos blocages, mais cherchons encore le désir.

• Nous sommes affranchis des illusions, des religions, des idéologies, mais nous avons perdu nos repères.

• Nous allons de plus en plus vite, mais où ?


Au XXIe siècle...

Il est urgent de retrouver du sens.

Clés : Cultures, philo, psycho, sagesses, écologie, santé, humour, styles, sciences

... pour retrouver du sens

Dans chaque numéro de Clés »


AU SOMMAIRE

 

Avons-nous encore une vie privée ? En couverture. Réseaux sociaux, géolocalisation, vidéosurveillance, font partie de notre quotidien et en captent, parfois à notre insu, des informations de plus en plus précises. Peut-on s'en protéger, alors que l'innovation technologique va bien plus vite que notre capacité à légiférer ?

 

Le réveil féministe. Débat. Les remous autour de l'affaire DSK a fait ressurgir, en France, des propos misogynes que l'on croyait d'un autre âge... Faut-il donc se battre encore pour les droits des femmes ? L'historienne Michelle Perrot et la journaliste Sandrine Treinier échangent sur un sexisme toujours renaissant

 

Et aussi : La vitesse est morte. Société. Après l'ère des records de vitesse, voici celle de l'accélération. Aller trop vite mène paradoxalement à l'immobilité. Peut-on vivre 100 % bio ? Enquête. Nourriture, cosmétiques... Pour plus de goût, de santé, ou pour   protéger l'environnement, les Français sont nombreux à se convertir au bio. Sans oublier les rubriques Culture, Sagesse, Humour, Santé, Philo/Psycho, etc.

 

PARRAINAGES

 

Vingt-deux personnalités du monde des idées ont accepté de faire partie du conseil éditorial de Clés. Selon Jean-Louis Servan-Schreiber, « chacune contribue déjà, dans sa pratique propre, à la quête de sens contemporaine dont nous voulons être le vecteur. Elles nous inspireront, nous éclaireront et contribueront à notre exigence de qualité. ». Parmi ces personnalités, citons Christophe André, Roger-Pol Droit, Catherine Clément, François de Closets, André Comte-Sponville, Jean-Marie Pelt et Edgar Morin.

 

« Clés » : 5 € ou 1 an, 20 € (6 numéros). Abonnement sur www.cles.com.

 

cles_14.jpgPhoto : Tim Perceval

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 20:33

Les éditions du Rocher ont lancé, au mois de mai, une collection intitulée « Eloge » et dirigée par François Cérésa.

 

eloge_de_la_vulgarite_01.jpgDes éloges à contre-emploi, comme l’explique son maître d’œuvre : « C'est une évidence, tout vice a sa vertu. Notamment celle de susciter des commentaires. En fait, tout est dans tout. Le revers de la médaille, le défaut de la cuirasse, l'envers du décor : voilà ce qui compose - ou décompose - admirablement l'âme humaine. Ces défauts, cela va de soi, sont des péchés. Capitaux ou capiteux, ils contreviennent aussi bien aux lois religieuses et à l'éthique philosophique qu'aux volontés divines. Mais ils sont l'apanage de l'homme. »

 

Les deux premiers titres qui ouvrent cette collection sont signés François Bott (« Eloge du contraire ») et Claude Cabanes (« Eloge de la vulgarité »). Pourquoi consacrer des ouvrages à de tels sujets ? Il ne s’agit « évidemment pas de plébisciter la vulgarité, l'imposture, le nihilisme, la trahison, la sauvagerie, la tricherie, la luxure, l'arrogance, la duplicité, le snobisme, la perversité, la lâcheté, l'infidélité, l'indiscrétion, l'indifférence ou tout autre travers que l'on trouve en si grande abondance dans le panier de la ménagère, lequel est aussi le cœur des hommes. »

 

La qualité d'un défaut

 

eloge_du_contraire_01.jpgCette collection, poursuit son directeur, « se propose tout simplement de savoir tirer le meilleur du pire ou, mathématiquement, le plus du moins. Sous le voile transparent de l'ironie, c'est chose faite. Avec « Éloge », une certaine morale y trouve son compte. On peut même dire qu'elle est bien servie. Et cela grâce à l'humour, au talent et au style d'écrivains qui, par l'alchimie du paradoxe, ont su dénicher la qualité d'un défaut, le défaut d'une qualité, ou encore le défaut d'un défaut, ce dont nul ne pourra se plaindre. »

 

Paraîtront prochainement des éloges de la trahison, de la sauvagerie, du non, du snobisme... La liste est longue, hélas pour nous – mais tant mieux pour les lecteurs que nous sommes ! Car les textes, enlevés et érudits, sont signés par des auteurs tels que Jean-Claude Lamy, Eric Neuhoff, Annick Geille ou Frédéric Roux.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:52

À l’occasion de la dixième édition du festival de la biographie, cinq grands éditeurs français témoignent de l'importance grandissante du genre biographique. Seulement cinq ? Rassurez-vous : les autres ne sont pas en reste, mais il faut croire qu'ils ont leurs petits secrets...

 

Chez Gallimard

 

Une jeune collection de la maison, dédiée à la biographie, fête son anniversaire : « Folio Biographies », initiée il y a cinq ans par Gérard de Cortanze. Cet "Ovni littéraire" est unique en son genre : il propose de faire découvrir à un large public, sur 300 à 400 pages de texte inédit accompagné d’iconographies et pour un prix modique (5,90 à 9,20 €), le destin unique de grandes personnalités, écrivains, peintres et sculpteurs, musiciens et chanteurs, personnages historiques. Disposant aujourd'hui d'environ 80 titres, la collection s'est imposée comme une référence : ses ventes oscillent entre 10 000 et 20 000 exemplaires.

 

Ses plus grands succès vont de biographies de Virginia Wolff à Jules César en passant par Cézanne, ou encore Gandhi son best-seller 2010 écoulé à plus de 20 000 exemplaires. En 2011, la collection poursuit sa ligne directrice éclectique : Nietzsche, Victor Hugo, Casanova et Listz sont prévus en février, et seront suivis en mai par Mishima, Marie Curie ou Robespierre. En octobre, Gene Kelly, Maupassant et Apollinaire sont également annoncés.

 

Du côté d’Au Diable Vauvert

 

Avec sa nouvelle collection "A 20 ans", lancée il y a un an, la maison d'édition indépendante propose de redécouvrir la vie et la personnalité d'un grand écrivain à la lumière de ses 20 ans. Elle offre un regard neuf et inédit sur son œuvre : celui de sa jeunesse et de l'époque qui l'a vu se former. Chaque livre raconte la personnalité de l'artiste en train de se construire, son environnement familial et sa formation intellectuelle à travers le passage de l'adolescence à la vie adulte. Elle éclaire ainsi une donnée fondamentale : avant de devenir un grand classique, tout écrivain a d'abord dû affronter l'expérience de l'originalité. Ces portraits sont donc également les récits de leurs nombreux combats et de leurs multiples et parfois douloureux divorces avec leur milieu et leur temps.

 

Cette nouvelle approche tire à 4 000 exemplaires et en écoule en moyenne les deux tiers. Son ouvrage phare est Boris Vian à 20 ans. J’avais vingt ans en 1940 signé par Claudine Plas. On retrouve également Marcel Proust à 20 ans. Le temps de la recherche de Jean-Pascal Mahieu et Gustave Flaubert à 20 ans. Un vieux garçon par le directeur de la collection, Louis-Paul Astraud. De nombreux titres sont en projet pour cette année, avec notamment Hemingway à 20 ans par Luce Michel (pour un prix toujours abordable de 12 €).

 

Chez Plon

 

9782259200523La biographie dans les maisons d'édition du groupe Editis est particulièrement éclectique et fait se rejoindre en son sein tradition et innovation. Déclinée selon quatre angles (contemporain, romancé, spirituel, historique), elle permet une approche très vaste, si ce n'est complète, du genre.

 

Ainsi, chez Plon, l'autobiographie contemporaine revisite notre époque, et navigue entre témoignages historiques inédits et expériences plus intimes. Les grands succès sont « Instants décisifs » de l'ancien président américain Georges W. Bush (plus de 40 000 exemplaires écoulés) et, de Frédéric Lenoir, le « Petit traité de vie intérieure » (120 000 exemplaires écoulés)

 

À noter également la réussite de la série des « Dictionnaires amoureux ». Initiée et dirigée par Jean-Claude Simoën, cette collection propose une conception originale de l'autobiographie : un auteur se raconte à travers la passion qui l'anime.

 

Forte aujourd'hui d'une cinquantaine de titres, son plus grand succès en 2010 est le Dictionnaire amoureux du rock d'Antoine de Caunes (70 000 exemplaires écoulés depuis fin octobre). Parmi les nouveaux ouvrages prévus en 2011, sont annoncés le Dictionnaire amoureux de l'histoire de France par Max Gallo, le Dictionnaire amoureux du Brésil de Gilles Lapouge, ou encore le Dictionnaire amoureux du catholicisme par Denis Tillinac. Et pour finir, en guise de clin d'œil pour le cinquantième opus de la série, le Dictionnaire amoureux du dictionnaire d'Alain Rey.

 

La version romancée n'est pas en reste, toujours chez Plon. La nouvelle collection volontairement "sans nom", récemment initiée par Muriel Beyer et confiée à Amanda Sthers : à travers sa démarche "psychanalytique", elle propose une approche inédite et spécifique, consistant à se glisser dans la peau d'un personnage célèbre pour raconter son intimité ; tour à tour, pour des séances de psychanalyse fantasmées, des auteurs allongent leurs sujets sur un divan.

 

Amanda Sthers et David Foenkinos ont inauguré les "séances" et sont déjà entrés dans l'inconscient de Liberace et de John Lennon. Vont suivre en 2011 : Delphine de Malherbe, qui analysera Colette, et Philippe Grimbert, qui s'attaquera aux névroses de Noureïev.

 

Aux Presses de la Renaissance

 

Et de la psychanalyse à la spiritualité, il n'y a qu'un pas allégrement franchi par les Presses de la Renaissance. Maison d'édition spécialisée dans les témoignages, elle propose depuis un an une nouvelle collection (16,90 €), "Chemin faisant", qui permet à une personnalité de confier son chemin intérieur et spirituel à travers une conversation amicale. Après Patrick Poivre d'Arvor, qui a étrenné le genre dans Tenir et se tenir l'an dernier, ce fut au tour de Laurent Terzief de livrer son ultime témoignage à Marie-Noëlle Tranchant dans Seul avec tous.

 

Chez Perrin

 

Chez Perrin, la biographie historique demeure un incontournable, comme en témoignent les succès commerciaux des livres de Michel Winock, Jean-Christian Petitfils (Louis XVI, autour de 40 000 en 2005), ou tout récemment Jean des Cars (La saga de Habsbourg, près de 20 000 exemplaires depuis sa sortie en novembre 2010), sur des grandes personnalités historiques.

 

Depuis 2005, à travers sa collection de poches "Tempus" à 95 % historique, elle propose de plus 360 titres écrits par des spécialistes de leur sujet (8 à 12 €). Ses deux plus grands succès publics 2010 portent sur Staline et Monet. Pour suivre l'exemple de Folio Bio, un élargissement à une sphère plus actuelle est envisagée cette année avec, en prévision, des livres sur Juliette Gréco ou Louis Armstrong.

 

À noter également la toute récente collection "Les Mémorables" qui a pour ambition de constituer un véritable conservatoire des plus grands textes historiques et politiques. Il s'agit de redécouvrir de grandes figures à travers leurs écrits célèbres et fondateurs (entre 18 et 20 €). Deux titres sont déjà parus en fin d'année dernière au démarrage de la collection : « Le Fil de l'épée de Charles de Gaulle » (présenté par Hervé Gaymard) et « Grandeurs et misères d'une victoire de Georges Clemenceau » (présenté par Jean-Noël Jeanneney). De nouveaux opus doivent suivre cette année, tels De la révolution française de Jacques Necker (présenté par Marcel Gauchet) ou encore La réforme intellectuelle et morale d'Ernest Renan (présenté par Mona Ozouf).

 

Le festival de la biographie de Nîmes se tient au Musée du Carré d'Art jusqu’au 30 janvier 2011. Le thème retenu est celui de l’altérité : « Sous l'œil du biographe - l'Autre ». Plus d’une centaine d’auteurs sont présents.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 15:55

Pour 2011, les éditions Lokomodo ont décidé de changer de politique éditoriale en se lançant dans la réédition poche de quelques-unes des plus belles perles de l’imaginaire français. Sous l’impulsion de Peggy Van Peteghem, nouvelle directrice éditoriale, deux ou trois titres seront publiés chaque mois, qu’il s’agisse de fantasy, de fantastique, de science-fiction, ou de polar.

 

Peggy Van Peteghem, plus connue sous le pseudonyme de Chaperon Rouge sur le site Psychovision.net, a rejoint l’équipe Lokomodo. Forte de son expérience de chroniqueuse et de ses connaissances en matière d’imaginaire, elle a retrouvé des romans oubliés au fond des catalogues des éditeurs ou des ouvrages publiés chez des éditeurs ayant disparu, leur donnant une nouvelle vie chez Lokomodo.

 

Deux premiers volumes sont publiés en ce mois de janvier.

 

« La Tour des illusions » d’Anthelme Hauchecorne (science-fiction). 255 pages. 6,30€.

 

La-Tour-des-Illusions.jpgFuyant un mari machiste et violent, Myriam trouve refuge auprès d’une communauté de sans-abri. Avec sa fille Charlotte, elle partage leur squat, entre beuveries, bastons et camaraderie. Elle fait la rencontre de Justin, indécrottable poivrot, qui la prend sous son aile. Peut-elle compter sur lui ? A-t-elle le choix ? Ensemble, ils essaient de survivre dans cette Cour des Miracles régie par Hugues, patriarche trop gentil pour être honnête.


Quels secrets cache Justin ? Quand cinquante SDF disparaissent sans laisser de traces, le mystère s’épaissit. Myriam devra trouver seule les réponses, en passant par les ténèbres et la folie…


De troublantes expériences menées au cœur de l’inquiétante tour d’un milliardaire, un laboratoire souterrain, des égouts, des créatures meurtrières… Horreur, trahison, cynisme…Jusqu’où Myriam ira-t-elle pour retrouver sa fille ?

 

La tour des illusions est le premier tome d’un cycle d’anticipation qui, sous prétexte d’expérimentations médicales perpétrées sur des SDF, dépeint une France en marge. En marge de l’image véhiculée par les médias, du culte de la réussite et de l’efficience. En marge de la (sur)consommation. Une France miséreuse dans ses moyens de subsistance mais riche de ses rapports humains.


Une œuvre pot-pourri-plutôt-ripoux d’influences SF, goth, punk, métal déconnardes et de lectures sérieuses en économie. De quoi raviver une p’tite flamme dans le cœur du lecteur. Une flammèche au parfum de Molotov…

 

Anthelme Hauchecorne a 30 ans et, derrière lui, un roman et une flopée de nouvelles publiées en fanzines et en anthologies.

 

« La litanie des anges » de Céline Guillaume (fantastique). 255p. 5,60 €.

 

La-Litanie-des-Anges.jpgAlors qu’il travaille en Egypte, Erwan reçoit une lettre de son ami Florian qui le supplie de revenir en France. Tenu par une ancienne promesse, il part pour l’Ariège.

 

A son arrivée, son camarade l’informe des curieux événements qui se sont produits dans son domaine. Mais Erwan tombe sous le charme de Perline, la fille de Florian.


Pourquoi ressemble-t-elle tant à la jeune femme qu’il a rencontrée durant son adolescence et qui a disparu tragiquement ? Il est à mille lieues de se douter de l’étrange mission qui l’attend…

 

Céline GUILLAUME, auteur notamment de « La Perle d’Eternité », « Le Ballet des Âmes » ou « Le Serment de Cassandra », nous invite dans un nouveau voyage, cette fois en pays Cathares. Entre âmes perdues, fantômes, légendes et anciennes croyances, ce roman se savoure du début jusqu’à la fin.

 

Préface de Jean Markale

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 16:24

Les Éditions Les Lucioles est une jeune maison d’éditions créée en 2010. Propriété de la Société Lokomodo, elle édite des livres pour enfants. Elle a à cœur d’éditer « des livres qui favorisent les échanges et le questionnement par des sujets qui amènent la discussion à travers une rencontre adulte-enfant. »

 

Les Lucioles viennent de publier « Voyage dans l’au-delà » de Sylvie Albou-Tabart. A travers ce récit librement inspiré d’un conte égyptien, l'auteur immerge ses jeunes lecteurs dans la vie quotidienne au temps des pharaons et dans les croyances fantastiques égyptiennes.

 

L’HISTOIRE

Décidément, le jeune Sénosiris ne fait rien comme les autres ! De sa naissance miraculeuse à ses étonnants dons de magicien, il y a en effet de quoi surprendre. Surtout lorsqu’il embarque son père dans un étrange voyage dans l’au-delà, à la rencontre des dieux égyptiens: Osiris, Anubis, Thot, Apophis... Mais saura-t-il affronter tous les pièges qui le guettent ?

149589_108424719223683_100001684662268_67625_4994965_n.jpg 

L’AUTEUR

Sylvie Albou-Tabart adore écrire pour les petits et les grands. Au plus grand plaisir de ses lecteurs, qu’elle a déjà plusieurs fois entraîné en Egypte, aux temps des pharaons.

 

Parmi ses ouvrages :

- Contes d’Egypte, éditions Albin Michel Jeunesse

- DESTIN… et tout peut basculer !, éditions Lokomodo

- Femme en Egypte au temps des pharaons, éditions Altipresse

- Histoire des jeux et jouets de notre enfance, éditions Du May

 

Le site internet de l’auteur est ICI. 

 

« Voyage dans l’au-delà » de Sylvie Albou-Tabart. Illustrations de Nolwen Guegan. ISBN : 978-2-919-47200-0. 96 p. 9,90 €.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 21:31

Phil Marso, déjà auteur de plusieurs ouvrages en langage SMS (« pa sage a taba vo SMS » 2004) invente la PMS (Phonétique Muse Service). La PMS est une passerelle entre le SMS abrégé (téléphone portable, forum internet, MSN) et la langue française. Elle est un outil pédagogique en direction des jeunes en difficulté par le biais d’exercices de traduction de la PMS en langue française.

 

Après s’être attaqué aux fables de la Fontaine (« la font’N j’M ! » 2005), Phil Marso traduit un roman de Victor Hugo, « Le dernier jour d’un condamné à mort », plaidoyer contre la peine de mort et les conditions de vie d’un détenu.

h-20-2309788-1290099564.jpg 

L’auteur propose la traduction de ce texte en vo PMS / français. Il a ajouté 120 exercices pédagogiques autour du code pénal et de la prison. Ceci pour sensibiliser les mineurs aux peines encourues en cas de délit. Il remet en situation la responsabilité d’un jeune dès qu’il devient majeur.

 

Extrait du 1er chapître

 

kondané a mor ! voala 5 sem'N ke j'abit' avek 7 pã'C', toujr s'El avek L, toujr glaC' 2 sa présãs', toujr kouB' sou son poa !

 

Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j'habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids !

 

« le d’Rnyé jr d’1 kondané Victor Hugo vo PMS » de Phil Marso (368 pages. 20 €. Éditions Megacom-ik). ISBN : 2-912458-40-4.

 

Pour en savoir plus, cliquez ICI.

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Edition
commenter cet article