Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 18:38

mankell-thumb-200x315.jpgChacun peut se reconnaître en [Wallander]. C’est la raison de son succès : il incarne l’homme d’aujourd’hui, un type désemparé. Je l’utilise comme un instrument de musique ou un outil : il me permet de raconter des choses essentielles.

(…)

Dès 1989, j’étais hanté par la xénophobie galopante. Le racisme est un crime. Et qui dit crime dit roman policier. Il me fallait donc un détective. Le polar est le genre littéraire idéal pour mettre en scène les dysfonctionnements de notre société, sans pour autant tomber dans le manichéisme. Un écrivain a, pour moi, le devoir de s’intéresser au monde, d’essayer de le comprendre. Si Wallander avait été français, ou si moi j’étais français, je l’aurais confronté à la révolution de 1789. Je l’aurais obligé à se poser quelques questions sur la France, le pays des Lumières, qui aujourd’hui expulse les Roms. La France, qui était notre phare, s’est aujourd’hui engagée dans un processus à l’opposé de ce qui la fonde. Tout cela m’accable.

 

Henning Mankell

(Interview dans Télérama n°3175, 17/11/10)

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans verbatim
commenter cet article

commentaires