Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:03

histoire_d_hommes_06.jpgC’est un beau récit d’amitié pudique mais généreuse que nous offre Zep avec « Une Histoire d’hommes » (Rue de Sèvres). Loin de Titeuf, loin des « Happy » (« Sex », « Girls », « Rock »…), l’auteur creuse un registre plus intime teinté d’une bande-son des années ‘90 pleine de nostalgie.

 

Dans les premières planches, pourtant, on avait quelques craintes. Un ton comme métallique, des répliques un rien grandiloquentes : « –  Tu veux que je me casse, c’est ça ? – Je veux que tu vives, Yvan. » Mais très vite l’histoire, les personnages se mettent en place.

 

histoire_d_hommes_01.jpgLes personnages : une bande de copains qui se retrouvent chez l’un d’entre eux, Sandro. Sandro est une rock star. Il est le seul du groupe que tous formaient à avoir réussi. Bien sûr, cette réussite a un prix et les retrouvailles à huis clos vont être l’occasion, dans un gigantesque manoir anglais, au détour de flash-back, d’engueulades et de blagues alcoolisées, entre névroses et rancœurs, entre drogues de naguère et amours passagères – ces retrouvailles vont permettre de savoir ce qu’il s’est passé, ce soir de 1995, quand Franck a fait foirer le show…

 

La fin de cette histoire dévoile la beauté sobre de quelques accords de guitare prometteurs. Zep réussit son pari de nous emmener dans un nouvel univers, moins riche de couleurs mais plus intense en amitié et en émotions.

 

Olivier QUELIER.

 

« Une Histoire d’hommes » de Zep. Éditions Rue de Sèvres, 64p. 18€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Critiques BD
commenter cet article

commentaires