Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 12:12

« Beaucoup d’hommes doivent écrire au fils qu’ils espèrent avoir un jour. Mais quelle sorte d’homme décrit au fils qu’il rêve d’avoir la meilleure façon de pendre une femme ? » C’est à ce genre de question pour le moins déstabilisante qu’est confronté Constantin Vadim. Habitué aux grands froids du Nord de la Russie, l’ancien inspecteur de police de Mourmansk se retrouve « jetlaggé » en pleine tempête – meurtrière – de la campagne présidentielle américaine. Et les horreurs qui s’accumulent sur son parcours le glacent bien plus sûrement que les vents arctiques.

 

An sans grâce 2020. Une épidémie de Mort chienne submerge la Russie : la tuberculose, la corruption et les détournements de l’aide médicale occidentale font des ravages. Une seule alternative, cruelle, pour des milliers de Russes : crever, ou émigrer. La vague creuse l’Atlantique et déboule aux Etats-Unis, qui n’ont pas vocation à accueillir… etc., etc., refrain hélas tristement connu. Les autorités américaines décident de rouvrir Ellis Island. Les émigrants russes y seront parqués (tiens…), vaccinés, puis rapatriés. La crise devient politique. Les cœurs restent froids mais les esprits s’échauffent : le nouveau président sera élu dans quelques mois.

 

Le titre français du livre de Donald James ne rend pas justice à l’ambition de l’auteur : il n’est que peu question de football dans ce roman foisonnant, d’une grande intelligence sociale et politique. Vadim part aux Etats-Unis afin de recruter un attaquant pour le Dynamo de Mourmansk. Il se retrouve vite en mauvaise posture et téléphone à une inconnue qu’il avait aidée en Russie. Cette femme n’est autre que l’épouse de Ben Rushton, troisième candidat surprise à la présidentielle, en marge des grands partis, qui prône l’aide à la Russie. Mais Katerina est encombrante : alcoolique, volage… Une tâche sur la bannière étoilée… On la retrouvera assassinée. Suivront Luke, son amant, puis Carole, sa nièce. A chaque fois, ces morts semblent arranger la situation de Rushton. Mais la vérité est beaucoup plus complexe, comme le constatera Vadim, enrôlé dans l’équipe de campagne de Rushton…

 

Dialogues acérés, sens du rebondissement, subtile analyse de l’histoire et de la politique : Donald James signe un livre grandiose, qui multiplie les histoires secondaires et entremêle les destins avec une science efficace du scénario. Tacle assassin est un grand roman.

 

Tacle assassin, de Donald James, éditions de l’Archipel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier
commenter cet article

commentaires