Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 12:00

Voici un drôle de livre par un drôle de couple ; un livre léger où la gravité se cache derrière le refus des conventions ; un livre grave parce qu'il aborde tous les sujets de la vie à deux : la rencontre, la passion, la famille, les trahisons, la lassitude, les tromperies, l'âge qui avance... Une histoire où on les suit pour rire, réfléchir, bref se reconnaître.

si_tu_ne_m_aimes_pas_je_t_aime_02.jpg

Photo : © Sandrine Roudeix

 

Lui

Au début de notre histoire, c'était un jeu pour rire à deux : tu m'écrivais de petits textes où tu parlais de moi à la troisième personne en me nommant "Mon homme", et moi je te répondais de la même manière. Nous étions les seuls à les lire et pourtant ils creusaient entre toi et moi un étrange pli : celui d'une histoire à deux voix où l'un est pour l'autre non seulement lui-même, mais aussi une sorte de tiers dont on s'étonne toujours un peu – même si on ne saurait s'en passer – de le voir débarquer. Quinze ans plus tard, l'habitude nous est restée, malgré les ravages du temps, de ne toujours pas savoir qui nous sommes réellement l'un pour l'autre. Nous sommes en fait un couple d'inconnus, un couple célibataire.

 

Elle

Elle : Oui, tu as raison, nous restons un mystère l'un pour l'autre. Aujourd'hui encore, je ne sais pas pourquoi tu as toujours voulu me quitter ; pourquoi tu n'y es pas arrivé ; pourquoi, chaque fois que je suis partie je suis revenue ; pourquoi tu t'es converti à l'Islam ; pourquoi tu as fondé une famille avec une autre ; pourquoi je ne t'ai pas tué, ou sorti de ma vie ; pourquoi on a fait n'importe quoi de notre histoire ; pourquoi on a tout fait pour en sortir. Et pourtant d'autres que nous s'y reconnaîtront. Sans doute parce que nous sommes un couple. Un couple célibataire, mais un couple tout de même, qui aura su, à sa façon, trouver le moyen d'être heureux.

 

Catherine Laborde et Thomas Stern, « Si tu ne m’aimes pas, je t’aime », éditions Flammarion, 2010, 350p. 19€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier
commenter cet article

commentaires