Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 19:12

Depuis quatre ans, la collection Polars en Nord a permis à plusieurs auteurs nordistes prometteurs de se faire connaître. La dernière révélation en date s’appelle Philippe Govart. Son premier roman, « Bondues sans confession », vision décapante de la campagne présidentielle dans le Nord, recèle un vrai talent d’écrivain.

Couv-52_bondues-version-Web.jpg

Alors qu’elle va mourir, la belle Auloniade demande une ultime faveur à son ancien amant, le photographe Rainer Cloos : espionner et tuer un nommé Fabrice Silure, conseiller municipal de Bondues, dans la périphérie de Lille. Cloos refuse, mais curieux et intrigué il décide de surveiller l’homme en question. Un soir, il assiste impuissant au meurtre de Silure, poignardé par un inconnu.

 

Rainer Cloos comprend qu’il a été manipulé. Sa femme le quitte, Auloniade a disparu, des pans entiers du monde oisif et cynique dans lequel il évolue s’écroulent autour de lui. Alors que les journaux annoncent que Silure serait mort d’une longue maladie, la police enquête et le piège se resserre autour d’un Rainer Cloos amer qui va devoir se remettre en question pour découvrir la vérité.

 

Après Léo Lapointe, Chris Debien, Maxime Gillio ou Michel Vigneron, Philippe Govart est la nouvelle révélation de la collection Polars en Nord.

 

Observateur amusé des coulisses de la vie politique nordiste, il a choisi la campagne présidentielle de 2007 comme cadre de son premier roman. « Bondues sans confession » est l’histoire d’une rédemption. De meetings politiques en rendez-vous maçonniques, de beuveries philosophiques en discussions musclées, il suit avec humour les péripéties de son héros, personnage antipathique et sûr de lui qui va devoir se remettre en question pour sauver sa peau.

 

« Bondues sans confession » de Philippe Govart, éditions Ravet-Anceau, 288p. 11€.

 

Le site des éditions Ravet-Anceau est ICI.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Polar
commenter cet article

commentaires