Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 14:58

Rob Marshall transforme Fellini en comédie musicale type Broadway. Une idée stupide, un résultat consternant.

 

NINE-Affiche-France-375x500.jpg

 

Une chronique de Nicolas Sykas

 

Rob Marshall, réalisateur médiocre, remporte l’Oscar du meilleur film avec la comédie musicale Chicago en 2001. Comme tous les tacherons dans sa situation, il est alors confronté au cruel dilemme chanté par Bécaud : « Et maintenant, que vais-je faire ? » Christophe Barratier, notre usurpateur à nous (Les Choristes, 2004), connaît la réponse : si on ne peut pas faire mieux, faisons plus !

 19139309.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090713_045233.jpg

Amis producteurs, fais-nous péter le casting, construis-moi un décor grandiose, amène les danseuses et le champagne : en route pour la gloire ! Détail amusant : le manque d’inspiration est justement le thème du film…

 

Mauvais pastiche

 

Nine est inspiré d’une comédie musicale américaine, elle-même adaptée d’une pièce italienne, elle-même adaptée de 8 ½, chef-d’œuvre de Federico Fellini tourné en 1963. Guido, réalisateur au sommet de son art, n’a pas d’idées pour son prochain film. Il se lance alors dans une fuite en avant et convoque toutes les femmes de sa vie, plus pour assister à sa chute que pour expier ses pêchés.

 

Dans une scène ridicule, une journaliste chante à Guido son amour pour les films italiens, réduit aux Vespa, aux costumes bien coupés et aux plats de spaghettis. L’espace d’un instant, on se demande si Rob Marshall ne critique pas subtilement l’amour souvent exagéré que porte les spectateurs au cinéma fellinien, juste « parce que ça fait bien ».

 

Hélas, cette scène n’est finalement pas le fruit d’une réflexion critique mais simplement une énième preuve de l’incompétence de Rob Marshall : le spectateur un peu con-con, c’est lui. Difficile de voir dans Nine un remake de 8 ½. Au vu de la qualité du film, on parlerait plus de parodie, voire de pastiche. On pense même à une insulte.  

 

Du film original, Rob Marshall a gardé quelques scènes (au hasard ?) qu’il se plait à massacrer. Horriblement didactique et bavard, il propose rien de moins qu’une explication de texte du film de Fellini, la bêtise et le bon sentiment remplaçant le fantastique et le mystère. Les qualités de réalisateur de Federico Fellini et de Rob Marshall ne sont pas comparables, leurs qualités humaines semblent ne pas l’être non plus.

 

Aussi sensuel qu’une pub Freedent

 

La belle cohérence dans Nine tient au fait que tout est raté : la facilité du propos s’accompagne d’une réalisation technique plate. Les décors sont affreux et les musiques banales. Les scènes de danse, en plus d’être inutiles, sont répétitives et mal amenées. 

 

Le glamour du film est, à l’image de ses affiches promotionnelles, un catalogue de clichés inhumains et froids. La sensualité qui s’en dégage est assez proche de ce que l’on peut ressentir en regardant une photo de Megan Fox dans Télé Poche.

 

19155415-r 760 x-f jpg-q x-20090818 031517On excusera Penelope Cruz qui semble aussi malheureuse que nous de se retrouver dans ce film et on s’amusera de Marion Cotillard, sans doute persuadée d’avoir trouvé un grand rôle.


La « performance » de Fergie ne mérite pas qu’on l’évoque (ou alors avec un petit sac en papier du modèle qu’on donne dans les avions).

 

Nicole Kidman est un cas à part. Sa carrière d’actrice représente assez bien l’évolution du cinéma entre 8 ½ et Nine : jeune actrice flamboyante, sensuelle et provocante (Prête à tout de Gus Van Sant, 1995), elle n’est plus qu’une potiche botoxée venant taper le cacheton en refaisant encore une fois la pub Chanel. Triste.

 

Après deux heures de purge, on est surpris de ne pas voir évoquer Fellini dans les crédits de fin. Rob Marshall est-il fou de vanité ou simplement honteux de citer le maître au générique de sa minable copie ?


Souvent, les assassins n’ont pas de courage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Sykas - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

anne 12/03/2010 10:33


Cette exécution, en tout cas, n'est pas ratée... On en aurait presque envie d'aller voir le film pour continuer à s'amuser ! Voilà un petit texte décapant qui me met d'excellente humeur pour toute
la journée.
À la prochaine, Nicolas !