Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 18:22

sans-titre.pngLes voyages, les civilisations, les langues, française et étrangères, vivantes et mortes.

 

Les « Pensées simples » de Gérard Macé (2011) offrent au lecteur autant d’annotations légères ou développées, anecdotiques ou profondes qui dessinent l’unité de ce livre.

 

Poète, essayiste, traducteur et photographe à la bibliographie très fournie – plus d’une quarantaine d’ouvrages en quarante ans d’écriture, dont « Le Goût de l’autre » (2002) – Gérard Macé propose avec cet essai les fragments et les bribes d’un esprit aussi éclectique qu’éclairé.

Olivier Quelier.

 

Quelques extraits choisis

« Je me souviens de Jean Tardieu imaginant, au cours d’une conversation, qu’on pourrait payer des chômeurs, des retraités, des étudiants pour lire dans les maisons d’édition les livres que personne de réclame jamais ».

« [Je suis devenu myope. Depuis, je n’ai plus quitté mes lunettes.] J’aime la netteté des mots et des choses, ce qui ne veut pas dire que le monde est devenu clair ».

« La poésie exagère, mais elle dissipe aussi les illusions. »

« On n’aurait jamais imaginé les tapis volants, si l’on n’avait d’abord inventé le livre. »

« J’écris contre les pères ornés de majuscules, les dieux qui sèment la terreur, les rois qui font si bien en littérature, comme les anges selon Flaubert. »

 « Pensées simples » de Gérard Macé, éditions Gallimard 17.90€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires