Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 15:36

Stephen King a fait son show, samedi soir, au Grand Rex. Plus de 2 000 spectateurs ont bu ses paroles, ri à ses blagues (nombreuses – et excellentes, qui plus est) salué par de nombreux applaudissements cet écrivain hors norme (300 millions d’exemplaires vendus, tout de même…).

Par Olivier Quelier

King_France.jpg

Stephen King est un auteur culte qui a rendu les clowns effrayants, les lectrices psychopathes, les écrivains névrosés (et inversement) (et j’en passe). On le loue pour son imagination, l’adule pour sa série « The Dark Tower »…

C’est dire qu’il était attendu au Grand Rex, ce samedi soir, de pieds fermes (mais bien gelés quand même, les pieds, d’avoir attendu des heures dans le froid de novembre…) par ses fans venus de toute la France et parfois d’Europe.

Je pourrais…

Je pourrais vous narrer par le détail les coulisses de ce rendez-vous, les anecdotes de file d’attente, le charme des hôtesses, la déception de ceux (dont moi, putain j’ai la… pardon) – de ceux, donc, qui n’ont pas obtenu d’exemplaire dédicacé de « Docteur Sleep », de la standing ovation à l’entrée du « Maître » sur scène, des prestations d’Augustin Trapenard et du romancier Maxime Chattam.

Je pourrais, ouais, mais je sens bien que vous êtes venus ici pour lire (à défaut d’avoir pu l’entendre) du Stephen King pur jus.

Alors voici rien que pour vous les dix phrases-clés qui vous donneront l’impression de ne rien avoir perdu de la soirée. C’est parti.

Woodland

  1. « J’ai des idées et des fantasmes. A cause d’eux, la plupart des gens vont chez le psy et paient très cher. Moi je les écris et on me paie pour le faire ! »
  2. « Le quotidien d’un écrivain est très ennuyeux. Le regarder écrire est un spectacle sans intérêt puisque tout se passe à l’intérieur ».
  3. Je ne suis pas un artisan. Je ne fabrique pas une structure figée, jamais, et je ne travaille pas avec un plan ».
  4. « Le style doit servir le récit, c’est comme ça que ça doit fonctionner et pas dans le sens contraire ».
  5. « Mon bureau, que j’appelle ‘Woodland’, est un endroit de préparation à l’écriture, mais il n’y a rien à voir : le processus se déroule dans ma tête. Et ce processus, je ne le comprends pas (I don’t understand the process) ».
  6. « Dans mon bureau, il y a des livres, des livres, des livres. Si tu n’as pas le temps de lire, tu ne pourras jamais écrire ».

Le cinéma

  1. « Les films qui m’ont inspiré ? Ceux de Sergio Leone. Mais surtout « Les Diaboliques », de Clouzot. Et « Bambi ». Walt Disney a fait peur à bien plus de gens que moi ! »
  2. « J’ai eu beaucoup de relations avec les cinéastes. Enfin, pas sexuelles, les relations. Même si, à travailler avec eux, j’ai souvent eu l’impression de me faire baiser ».

Allez comprendre…

  1. « J’aime l’idée que les lecteurs sachent qu’ils sont entre les mains d’un écrivain complètement fou ».
  2.  « Si les forces du mal existent et si elles se baladent sur les routes américaines, c'est à bord de camping-cars »

Bonus

  1.  Première question d’un spectateur à Stephen King : « Y a-t-il un auteur contemporain, vivant ou mort, avec qui vous aimeriez écrire ? ». Oh yeah…
  2.  « Je continuerai à écrire jusqu’à ce que Dieu me fasse taire ».

Remerciements

Y a pas de raison. Les auteurs américains, et King comme les autres, y vont de leur page de remerciements.

Alors y a pas de raison, voici les miens : merci à Steven Bellery à qui j’ai piqué quelques mots du King qui me manquaient. Merci à Augustin Trapenard (dans l’espoir qu’il me retweete) Maxime Chattam (idem) et le Grand Rex (itou).

Merci à Noémie (que je ne connais pas encore IRL).

Enfin, un grand et sincère merci au compte Twitter @StephenKingFr et à celle qui l’anime avec dynamisme et brio (tout amateur de Stephen King doit le suivre).

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Neph 17/11/2013 19:26

Cette soirée a été un vrai régal, du début à la fin ! Étais-tu bien placé, au moins ?

Olivier Quelier 30/11/2013 18:13



Au dernier rang, mais c'était bien quand même !