Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 10:38

Les jurés du très germanopratin prix de Flore n’ont pas pris le risque insensé de sortir des frontières de Saint-Germain-des-Prés. Le 5 novembre, ils ont attribué le prix à Simon Liberati pour son roman L’Hyper-Justine.

 

Un roman publié chez Flammarion...


Flammarion où Frédéric Beigbeder (qui a participé à la création du prix en 1994) a édité le premier roman de Simon LIbérati…

 

Simon Libérati, qui est un ami de Frédéric Beigbeder…

 

Frédéric Beigbeder, qui a fait de Simon Liberati l’un des personnages de son « Roman français », récent prix Renaudot, sous les traits du « Poète ».

 

Laissons donc l’élite de la littérature française savourer entre intimes l’ivresse des hauteurs… et du Pouilly fumé (que le lauréat pourra boire gratuitement et quotidiennement, pendant un an, dans un verre gravé à son nom).

 

Pour l’anecdote... Simon Libérati  l'a emporté avec 7 voix contre 3 voix pour Jean-Marc Parisis, et 2 pour Michka Assayas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Olivier Delorme 10/11/2009 13:15


Eh oui, c'est cela, la vie littéraire, la vraie !!!

Ce qui est le plus drôle, c'est qu'on aurait pu attendre de "jeunes gens" qui, il est vrai, finissent par vieillir qu'ils veuillent rompre avec les vieilles, mauvaises, habitudes du prix à la
française.

Mais non, ils sont parfaitement à l'aise avec ce monde-là, ils n'aspirent qu'à... en être la caricature.


Olivier Quelier 10/11/2009 21:19


Dans ce petit milieu, se démarquer semble être une irréparable faute de goût ! L'immobilisme littéraire a de beaux jours devant lui.