Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:48

Une chronique de Frédérique Bréhaut

 

Michel-Houellebecq_pics_809.jpg« Il agace les uns et fascine les autres. Pourtant, rarement Michel Houellebecq aura attiré tant d’éloges. Il fallait bien qu’une controverse tempère ce consensus presque suspect autour d’un écrivain qui maîtrise si bien l’art de provoquer. Couvert d’anthologie, de louanges avant même sa sortie en librairie, « La carte et le territoire » a soulevé une polémique autour de quelques passages pompés sur Wikipédia. L’histoire a fait « pschittt ». Reste la vigueur d’un roman réussi.

 

L’artiste Jed Martin sort de l’anonymat avec une série de photographies originales, détournements de cartes Michelin. Son travail plaît et sa fortune s’accroît avec sa cote. Jed quitte pourtant ces voies trop évidentes au profit de la peinture, s’attachant à portraiturer des symboles de notre époque, tels Jeff Koons et Damien Hirst, Bill Gates et Steve Jobs. Enhardi par sa notoriété grandissante, Jed sollicite Michel Houellebecq retranché dans un cottage irlandais crasseux afin qu’il rédige la préface du catalogue de sa prochaine exposition. Sans se douter qu’un jour, l’écrivain ressemblera à une toile de Pollock.

 

Cynique désabusé

 

Entre deux êtres navrés qui pourraient l’un comme l’autre incarner ses doubles, Michel Houellebecq s’amuse. Cynique désabusé, il décrit sans états d’âme (et sans dynamite) les dérives d’une époque où l’on classe les peintres comme des coureurs du Tour de France.

 

Malgré quelques scènes d’anthologie dont la rencontre en Irlande avec un Michel Houellebecq geignard alcoolique attaqué par les mycoses, la nature profondément mélancolique de ce roman l’emporte sur la drôlerie. Entre l’écrivain dépeint en « débris torturé » et l’artiste qui interroge la vacuité de la société sans renoncer à « Questions pour un champion », « La carte et le territoire » réunit deux personnages sans illusions sur le monde, avers et revers d’une même médaille.

 

Sous l’autodérision, Houellebecq, raisonnablement narcissique et un brin déprimé, dresse le froid constat de solitudes irrémédiables dans une France qui s’ennuie.

 

« La Carte et le territoire » de Michel Houellebecq, Flammarion, 22 €.

 

Le site officiel de Michel Houellebecq est ICI.

Partager cet article

Repost 0
Published by Frédérique Bréhaut - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires