Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 17:16

1730« Nelly Davies n’a pas rédigé ici la biographie de son père (…). Elle a couché des phrases et des mots à n’en plus finir pour en dire tour à tour l’absence cruelle puis la présence bénie. De la douleur à la joie. De l’incompréhension à la complicité. De la récrimination à la compassion ».


Dans sa présentation, Christian Delâge explique très bien l’enjeu du livre de Nelly Davies, « Jockey, noir et célèbre », paru aux éditions du Rocher : pas seulement retracer la vie de James Winkfield, un jockey mondialement célèbre, mais expliquer, disséquer même les liens hors normes qui unissent une fille à son père.

 

Naître noir à la fin de 19e siècle, en pleine ségrégation, dans une famille pauvre du Kentucky, ne donne pas le maximum de chances pour réussir dans la vie. Pourtant, James Winkfield deviendra une vedette du turf, riche et admirée, de nombreuses fois « cravache d’or ».

 

Dans cette histoire s’inscrit Nelly, née d’un amour hors mariage. Elle ne rencontrera son père, James, qu’à l’âge de 13 ans. Une rencontre qui ne se passe pas comme elle l’espérait…

 

Comme l’écrit Christian Delâge, « Nelly a décrit sur un pavé de feuilles blanches ce que nous ignorons, ou ne supposons pas, lorsque nous admirons les fabuleux destins. On dirait aujourd’hui : les dégâts collatéraux. Ce que les vies extraordinaires laissent autour d’elles d’attentes, de regards mendiés, de baisers gardés, d’espoirs déçus, sans que jamais, pourtant, le lien se dénoue ».

 

« Jockey, noir et célèbre – Mon père cet inconnu » de Nelly Davies, éditions du Rocher (coll. Cheval – chevaux). 205p. 17€

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier
commenter cet article

commentaires