Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 18:06

Une chronique de Frédérique Bréhaut

 

Ectac.Dominique-Sylvain.01

En Afrique, on nomme ce mode d'exécution "Le supplice du Père Lebrun". La victime meurt brulée vive, un pneu enflammé autour du cou. Ce sinistre sort a été réservé à Florian Vidal, avocat lié aux milieux glauques des contrats d'armements avec l'Afrique. Cruel raffinement, le supplice ajoutait une perversion psychologique puisque le calvaire infligé à l'homme menotté avait pour décor le bord d'une piscine.

 

Lorsque l'histoire lui parvient, Lola, ex-commissaire, dresse le rapprochement avec la disparition dans les mêmes circonstances cinq ans auparavant de son assistant. Kidjo, un jeune flic franco-congolais, avait été assassiné selon la même méthode sans que le coupable ait été arrêté.

 

L'affaire Vidal pousse Lola à envoyer valdinguer ses puzzles. Avec Ingrid Diesel, son amie américaine carrossée comme une pin-up, masseuse le jour, effeuilleuse la nuit, et Sigmund le dalmatien d'un ami psychanalyste, elle retrouve ses méthodes bourrues pour fouiller en marge de l'enquête officielle. Car le dossier est confié au très séduisant Sacha Duguin, commandant de la Crim' armé pour nager dans le marigot de la Françafrique où un crocodile tient le premier rôle. Gratien est le maître de ces eaux troubles dans lesquelles il avait entraîné Vidal, son quasi fils adoptif. Or toutes les pistes conduisent vers l'hôtel particulier de l'homme de l'ombre.

 

« Guerre sale » est le plus abouti des polars de Dominique Sylvain qui soigne une galerie de personnages complexes dont Sacha Duguin, auquel elle attribue le premier rôle sans nuire au tandem pittoresque Lola-Ingrid. Installée au Japon depuis plusieurs années, la romancière a trouvé sa signature dans ce ton enlevé épicé d'une ironie piquante. 

 

Entre les tenues extravagantes de l'effeuilleuse et les penchants de Sigmund pour le rhum, Dominique Sylvain s'aventure sur des terrains aussi insolites que les anciennes Pompes funèbres de Paris et trouve sur le sol de la Françafrique le plus fertile des terreaux pour les embrouilles.

 

 « Guerre sale » de Dominique Sylvain. Viviane Hamy. 318 pages. 18 €. 

Partager cet article

Repost 0
Published by frédérique bréhaut - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires