Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 15:44

Dans Libération du jeudi 10 janvier 2011, Daniel Schneidermann consacre sa chronique médias à "l'affaire PPDA". Affaire révélée par L'Express, qui avait décelé dans la biographie que le journaliste consacre à Ernest Hemingway une centaine d'emprunts à une biographie précédente, signée Peter Griffin et parue aux USA en 1985.

 

Schneidermann s'interroge sur le comportement des éditions Flammarion qui n'envisagent pas d'annuler la publication du livre : "S'agissant de tout autre auteur, a fortiori un jeune inconnu, la publication aurait été ajournée, et le plagiaire se serait vu sommer de disparaître sous terre, voire de rembourser l'avance perçue, sous peine de procès immédiat. Pourquoi est-ce inenvisageable pour PPDA ? Pourquoi Flammarion semble-t-il préférer pilonner 20 000 exemplaires déjà tirés ? Pourquoi même - comble de l'humiliation - la maison s'abaisse-t-elle à s'excuser auprès de l'ex-présentateur ?"

 

Daniel Schneidermann livre ses explications, précisant que Patrick Poivre d'Arvor "a table ouverte dans toute l'édition parisienne". Il "encaissera donc" jusqu'au bout "des avances dont il fixera lui-même le montant, pour signer des livres écrits par d'autres, sur les sujets qui lui agréeront".

 

Et Schneidermann de conclure : "Derrière le cas PPDA, anecdotique, il y a hélas le sort du livre en général", devenu "un territoire folklorique, colonisé...".

 

La chronique complète est à retrouver dans Libération et sur liberation.fr.

 

Daniel Schneidermann, "L'affaire PPDA : le livre, territoire colonisé" in Libération du lundi 10 janvier 2011 (Rebonds, p.23).

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Actualités
commenter cet article

commentaires