Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 12:13

Il s’appelle Zavatta. Warren Zavatta. Petit-fils de qui vous savez. Une jeunesse en caravane, sur les routes et sur la piste. L’héritier du clown le plus célèbre de France, dépositaire d’une longue tradition familiale, a des comptes à régler avec « l’univers féerique du cirque » et son pépé Achille. Il le fait dans un spectacle intitulé « Ce soir dans votre ville ». Drôle, émouvant… En piste !

 

Une chronique d’Olivier Quelier

 

warren-zavatta.jpg

(Photo Caroline Coste - www.warrenzavatta.com)

 

Bienvenue mesdames et messieurs, Willkommen, welcome ladies et gentlemen, meine Damen und Herren, signori et signora, bienvenue au théâtre de Trévise pour le dézingage en règle d’une des plus grandes familles du cirque, les Zavatta, par le petit-fils du grand Achille, j’ai nommé Warreeeeeen Zavatta !

 

Warren Zavatta a sorti l’artillerie lourde, Bigard en costume de clown, grosse caisse et grosses vacheries. C’est l’heure des règlements de comptes, du déballage public, sans ménagement et sans ménagerie, un monsieur pas déloyal mais bien remonté contre le monde entier, en tout cas contre « l’univers féerique et merveilleux du cirque » qui en prend un sacré coup derrière la perruque de cheveux fous.

 

Ce type qui  a bouffé du lion débarque sur scène dans un déluge de décibels, porte-voix en main, jouant pendant plus d’une heure de sa grande stature, de sa grande gueule et de sa grande sensibilité.

 

Des pompes à la con

 

Ça commence par quelques sentences bien senties : « « Ya des enfants dans la salle – Vouiiiii ! – Qu’ils sortent ! » « Pourquoi je porte des pompes à la con ? Parce que c’est la tradition ». « Le nez rouge ? C’est les armoiries de la famille ».

 

Le spectacle est d’une énergie ébouriffante et bourré de prouesses physiques. Warren Zavatta est un athlète qui joue en faux dilettante une partition de vrai pro formé à tous les arts du cirque. Il sait tout faire mais préfère, faux frère, défaire quelques ficelles, magicien suicidaire mais hilarant qui livre ses secrets, brise les légendes. Griffant, au passage, l’image trop lisse du nouveau cirque, douceur et poésie, foulards pastel et musique éthérée…

 

Chez Warren Zavatta, la poésie affleure de fusils ; la tendresse, il la sert version homme-canon, histoire d’éviter les boulets de la nostalgie. Ça commence à la naissance : « Je suis arrivé le cul en premier, c’est pour ça que mon père croyait que j’avais deux têtes ». Ça se poursuit à l’adolescence : « Ma première expérience sexuelle, je l’ai eue avec une contorsionniste, et dans le noir ! C’était du suicide ! ». Et ça continue à l’âge adulte. Avec son mètre quatre-vingt-dix et quelque, Warren est trop grand pour vivre en caravane : « Le seul endroit où je tenais debout, c’était sous le vasistas. Ouvert ! »

 

Le talent d’Achille

 

Le public se plie de rire, se gondole, se bidonne, « s’exclamationne ». Vient le numéro de domptage. Las ! Le lion Marcel dort. Hop ! Entrée en piste d’Olga la mouche… Quand on ne sait rien faire, au cirque, on devient dompteur. Warren Zavatta, lui, sait tout faire. Enfin presque : « Je ne joue pas de trompette. Je n’ai pas le talent d’Achille »

 

Mais il a son propre talent, protéiforme, inclassable et irrésistible. Il faut au moins ça pour arriver à sortir du carcan de la route et des roulottes. Il le dit en une belle formule, Warren : « Si ton père est dans le ciné, tu sera dans le ciné. Si ton père est dans la musique, tu seras dans la musique. Si ton père est dans le cirque, tu seras dans la merde ! »

 

Intense et jubilatoire, le spectacle retrace l’itinéraire d’un enfant des tours à deux balles qui, plutôt que d’être le petit-fils d’Achille Zavatta, aurait « préféré avoir un grand-père ». Et comme le lance Warren Zavatta dans les dernières minutes, pleines d’émotion vraie et lourdes d’héritage malgré tout assumé : « Ce spectacle, je l’ai fait à cause de toi, Pépé, mais pour moi ».

 

Théâtre de la Gaîté Montparnasse

26   rue de la Gaîté Paris 14e. Tel. 01 43 22 16 18. Du mardi 25 janvier au samedi 4 juin 2011. Du mardi au samedi de 21:30 à 23:30. Tarifs d'entrée : 32 € et 18 € (réduit)

Métro Gaîté (ligne 13), Edgar Quinet (ligne 6) ou Montparnasse Bienvenüe (lignes 4, 6, 12, 13). Renseignements : tél. 01 43 20 60 56.

 

Le site de Warren Zavatta est ICI.

 

(article précédemment publié sur le site culturecie.com)

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Quelier - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires